Homme d’armes et clocher de Soiron

Pour cette illustration, je me suis rendu dans le village de Soiron, afin d’y dessiner l’un des derniers vestiges du XVA? siA?cle du village: le clocher de l’Ai??glise.

L’homme d’armes qui se trouve Ai?? l’avant plan, porte un costume des plus fidA?le aux enluminures de l’Ai??poque.

Une salade Ai?? visiA?re en guise de casque, des mitons pour se protAi??ger les mains (sortes de moufles en mAi??tal, auxquelles sont rivetAi??s des gants de cuirs, dans lesquels on enfile les mains), une arme d’hast (type hallebarde) dans sa main droite, une brigandine (sorte de gilet en velours Ai?? l’extAi??rieur et recouvert de plaques de mAi??tal plus ou moins finement imbriquAi??es les unes dans les autres Ai?? l’intAi??rieur, afin que cette protection puisse s’articuler le mieux possible. Il s’agit vraisemblablement de « l’armure » la plus rAi??pandue dans les milices organisAi??es au XVA? siA?cle) Ai?? par dessus un doublet Ai?? maheutres (vA?tement placAi?? par dessus la chemise, avec dans ce cas, un rembourrage au niveau des Ai??paules), une paire de chausses Ai?? plein fond (sorte de pantalon de l’Ai??poque relativement moulant avec une boursiA?re), et des poulaines (chaussures relativement pointues en cuir) aux pieds.

Il porte une ceinture fine Ai?? laquelle sont accrochAi??es une dague Ai?? rouelles (dague avec un manche circulaire avec deux petites « roues » ou octogones qui protA?gent la main), une besace de soldat (petit sac en cuir dans lequel les hommes d’armes mettaient leur tout petit matAi??riel comme les dAi??s de jeu, des cartes, de l’argent, etc.),Ai?? un chapelet en bois (la religion et l’Eglise tiennent une place prAi??dominant Ai?? cette Ai??poque) ainsi que le fourreau qui contient son Ai??pAi??e.

Il porte Ai??galement en bandouliA?re un sac de mangeaille (sac en toile de lin) permettant Ai?? chaque soldat de transporter son nAi??cessaire pour manger: couteau, pic, cuillA?re, bol ou plat, gobelet, ainsi que quelques provisions non putrescible, comme des viandes sA?ches, ou des fromages Ai?? pA?te dure, des fruits secs, etc.

 

Voici un exemple de l’habillement de base d’un homme d’arme au XVA? siA?cle.

Il est un fait certain que tous hommes n’Ai??taient pas Ai??quipAi??s comme tel. Certains Ai??taient (beaucoup) plus ou (beaucoup) moins Ai??quipAi??s en fonction de leur rang social et de leur importance au sein d’une milice organisAi??e (ou non).

L’homme d’arme reprAi??sentAi?? ci-dessous Ai??tait d’une assez bonne condition sociale, ni crA?ve la faim, ni noble.